14253
home,page-template,page-template-full_width,page-template-full_width-php,page,page-id-14253,bridge-core-3.0.5,qode-page-transition-enabled,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-29.2,qode-theme-bridge,disabled_footer_top,wpb-js-composer js-comp-ver-6.10.0,vc_responsive

LA MISSION BOUGAINVILLE

L’eau de mer est pétrie de vie: il y a entre 10 et 100 milliards d’organismes – virus, bactéries, protistes, et animaux – dans chaque litre d’eau de mer à l’échelle planétaire! Ce vivant, essentiellement invisible (<1mm), on l’appelle ‘plancton’ ou ‘microbiomeocéanique’. Aujourd’hui, nous savons que ces forêts invisibles qui flottent au gré des courants marins depuis quatre milliards d’années, ont créé une planète habitable avant l’arrivée des animaux et des plantes sur Terre. Nous leur devons l’oxygène de l’atmosphère et la plupart des gènes qui composent notre génome.

Connaître et comprendre la biodiversité, les fonctions, et les mécanismes écologiques et évolutifs de cette majorité vivante qui régule le climat et la physiologie du système Terre est à la fois une des aventures scientifiques les plus excitantes du siècle, mais aussi une urgence pour comprendre la résilience et l’adaptation du vivant face aux changements brutaux infligés à la biosphère par les sociétés humaines depuis la révolution industrielle.

La Mission Bougainville se propose d’étudier le microbiome sur la base du programme au long cours Plankton Planet, dans des zones lointaines rarement échantillonnées des océans Indien et Pacifique, et sur une échelle planétaire et pluri-annuelle, comme le permettent les activités de la Marine Nationale sur les territoires marins français d’outre-mer. C’est une aventure scientifique, mais aussi humaine et environnementale, née de la collaboration autour de Plankton Planet entre la Marine Nationale, Sorbonne Université, le CNRS, et l’ensemble des partenaires du projet.

Pour la phase pilote de la Mission Bougainville, dix étudiants de Sorbonne Université embarqueront sur des bateaux de la Marine Nationale à Tahiti, en Nouvelle Calédonie, à la Réunion pour aller étudier le microbiome océanique et les effets que les îles pourraient avoir sur celui-ci; ils seront au cœur des océans et du projet.

Quatre objectifs de la Mission Bougainville

Explorer des zones lointaines

Elle récoltera des données ‘microbiomes’ dans des zones lointaines rarement échantillonnées, notamment les océans Austral, Indien, Pacifique Central, et les nombreuses régions marines impraticables pour des raisons de sécurité;

Des séries spatio temporelles

Elle récoltera des données ‘microbiomes’ sur des séries spatio-temporelles longues, pluri-annuelles, sur les parcours des bâtiments de soutien et d’assistance localisés dans les territoires d’outre-mer;

Fiabiliser et décloisonner

Elle contribuera à la fiabilisation des capteurs et des bases de données développés dans Plankton Planet, et à la mise en place de la méthodologie nécessaire entre la collecte des données par la communauté des seatizens et leur analyse par la communauté des scientifiques;

Sensibiliser et engager

Elle sensibilisera et engagera les étudiants de Sorbonne Université et les marins de la Marine Nationale dans une démarche éco-citoyenne planétaire de découverte, mesure et protection de nos océans.

La Mission Bougainville s’inscrit dans les traces des expéditions menées par le Consortium Tara Ocean qui ont révolutionné notre connaissance du microbiome marin. Et aussi dans celles de la tradition française d’excellence dans l’exploration des océans planétaires, initiée par le marin-mathématicien Louis Antoine de Bougainville lors de son voyage autour du monde à bord de la Boudeuse.

Elle est enfin la première pierre solide d’une océanologie participative basée sur des capteurs frugaux et faciles à manipuler. C’est la raison d’être du programme Plankton Planet qui vise à déployer d’ici 2030 une mesure planétaire et pérenne du microbiome océanique, réalisée par la communauté des citoyens de la mer (seatizens), pour surveiller et comprendre ensemble la santé de nos océans.

EN SAVOIR PLUS : le programme Plankton Planet

Un consortium international de chercheurs (Sorbonne, CNRS, Stanford, University of Maine), marins (Fondation Tara Océan), et ‘makers’ (TernogLab, PontonZ), a créé dès  2015 le projet ‘Plankton Planet’ qui vise à mobiliser la curiosité et la créativité des citoyens des mers (seatizen) et d’une nouvelle génération d’ingénieurs et chercheurs en écologie globale, pour mettre en oeuvre une mesure coopérative, frugale, planétaire, et pérenne, de la vie invisible de l’océan; une mesure qui à terme permettra non seulement de connaître et comprendre la biodiversité et l’évolution du microbiome océanique global, mais aussi d’incorporer la complexité du vivant dans les modèles du Système Terre, en vue de rétablir une co-habitation symbiotique stable du vivant (dont nous!) dans la biosphère.

Pour débloquer les verrous de la connaissance du microbiome océanique – coût des navires de recherche et des instruments d’océanographie biologiques, excès d’administration et de privatisation -, Plankton Planet propose une approche universelle, décloisonnée, agile, et engageante. Essentiellement, nos objectifs visent à (i) co-développer une nouvelle génération d’instruments et capteurs peu coûteux (frugal) et ouverts (open source), permettant à tous les gens de mers du monde (‘seatizen’) de pouvoir rencontrer et mesurer de manière homogène le microbiome aquatique; (ii)  faciliter l’adaptation et le déploiement des nouveaux capteurs universels dans les communautés marines côtières ou du grand large: aquaculteurs, pêcheurs, gestionnaires, chercheurs, et les équipages de bateaux en tout genre – voiliers de plaisance et de course, navires de commerce, de pêche, et de défense; (iii) organiser la bancarisation des données planétaires acquises localement au sein de bases de données globales accessibles et explorables par tous, en particulier par les acteurs de terrain (planktonauts) qui génèrent les données.

EN SAVOIR PLUS : La mission pilote de 2022 à 2025

Nous proposons une mission pilote visant à mettre en œuvre les capteurs frugaux de Plankton Planet sur 3 Bâtiments de Soutien et d’Assistance BSA(O)Ms de la Marine, pour une mesure du microbiome océanique réalisée durant 2 an dans les océans Pacifique et Indien par 10 étudiants de Sorbonne Université engagés comme Officier Biodiversité Volontaire Aspirant (VOAs). Cette mission pilote se déroulera en 2 phases, de juillet 2022 à août 2025, et permettra non seulement de valider et démontrer la pertinence de l’approche, mais aussi de répondre à des questions fondamentales en océanographie biologique.

Les acteurs

La Mission Bougainville réunit des forces citoyennes, académiques, et régaliennes

et porte une dimension humaine essentielle

Logo-Sorbonne-universite

Sorbonne université

Co-porteur
Logo-Plankton-Planet

Plankton Planet

Co-porteur
Logo-Marine-nationale

Marine nationale

Co-porteur

Les dernières actualités

A la fin de l’été 2022, Sorbonne Université et la Marine nationale ont acté leur partenariat pour développer ensemble la Mission Bougainville. Madame Nathalie Drach-Temam, présidente de Sorbonne Université et l'amiral Pierre Vandier, chef d'état-major de la Marine nationale ont signé, le 29 août 2022, une convention permettant la future mise en place de la Mission Bougainville....

Lors du Ocean Ocean Summit, qui s’est déroulé à Brest du 9 au 11 février 2022, la Marine nationale a accepté d’accueillir à bord de La Garonne, un Bâtiment de Soutien et d'Assistance Métropolitain (BSAM), une équipe de chercheurs de Sorbonne Université, de Plankton Planet et du CNRS pour une opération de médiation scientifique à destination du grand public....